Vives réactions au ré-aménagement de la Place de la Soule

Publié le par Admin

Vives réactions au ré-aménagement de la Place de la Soule

​Les travaux de ré-aménagement de la Place de la Soule à Urdazuri ont commencé le 7 janvier par la destruction de sept grands arbres, soit 1/3 des espaces verts. Cela n'a pas manqué de provoquer de vives réactions des riverains.

Ces travaux devaient prendre en compte la demande de réfection de l'enrobé exprimée par les riverains au syndic et les besoins des services municipaux concernant la réglementation (accessibilité, éclairage) et les réseaux de communication internes.

Ce ré-aménagement complet a fait émerger plusieurs problèmes qui ont été présentés au maire lors d'un rendez-vous d'une riveraine mandatée, le 3 février : l'absence de démocratie, les fausses promesses et le respect de l'environnement.

Le tilleul abattu Allée de la Soule, Saint-Jean-de-Luz, un massacre!Le tilleul abattu Allée de la Soule, Saint-Jean-de-Luz, un massacre!

Le tilleul abattu Allée de la Soule, Saint-Jean-de-Luz, un massacre!

Démocratie participative

Les travaux ont certes été présentés en réunion de quartier, mais il s'agissait d'une information descendante : à nous les questions, au maire les réponses. L'amendement du projet n'était pas au programme.

L'information était partielle : jamais il n'a été question de couper des arbres lors de la réunion publique, pas plus qu'au moment des travaux, puisque le 7 janvier un panneau indiquait "élagage" des arbres et non leur abattage.

Il faudra attendre 3 semaines après le début des travaux pour obtenir enfin un rendez-vous à la mairie, mais c'est trop tard, les arbres ont été réduits en sciure in situ. Une violence ressentie par de nombreux habitants du quartier.

Détail significatif : les arbres ont été coupés le 7 janvier. Une lettre signée du maire datée du 8 était affichée le 11 janvier pour annoncer le début des travaux. Si la mairie espérait éviter une bronca, elle aura eu lieu après coup.

Les fausses promesses

Les arbres seront replantés

leitmotiv municipal

Faux. ​L'espace de verdure se réduit de plus en plus, particulièrement à Saint Jean de Luz où le bâti se développe de manière disproportionnée à l'accroissement de la population sédentaire.

Les arbres ne sont jamais replantés en quantité et en qualité équivalentes. En témoigne l'avenue Pierre Larramendy où plus de 60 arbres avaient été coupés pour réaliser la piste cyclable. Peupliers, érables et autres grands feuillus ont été remplacés principalement par de petits tamaris mal adaptés à ce sol marécageux recouvert d'une couche de glaise; et quand ils finissent par mourrir, ils ne sont même pas remplacés.

La satisfaction des besoins des luziens et l'amélioration continue du cadre de vie sont des priorités municipales. Cette amélioration se concrétise par l'embellissement et le soin particulier donné aux espaces verts...

Site de la mairie

Pour satisfaire les besoin des luziens mieux vaut leur demander leur avis. Outre la question environnementale, une concertation aurait permis d'intégrer des technologies comme les bornes de rechargement de voitures hybrides rechargeables ou électriques, ou la détection de présence pour l'éclairage public afin d'économiser l'énergie.

Respect de l'environnement

Les arbres ont des fonctions : lutte contre la pollution atmosphérique et sonore, contre le réchauffement climatique, drainage des sols, maintien de la biodiversité végétale et animale. Ils doivent être maintenus autant que faire se peut.

Le parking n'était pas saturé et il n'y a pas, après travaux, de places de stationnement supplémentaires. Place de la Soule, la destruction des arbres n'était pas nécessaire. Moyennant quelques modifications des plans, les nouveaux espaces verts liés au ré-aménagement aurait dû être un ajout, pas un remplacement.

Les arbres font partie du patrimoine. Entre le "cadre naturel" et le "patrimoine bâti" prévus dans le P.L.U. au paragraphe "Valoriser les paysages et le patrimoine", il y a un niveau intermédiaire, les îlots ou alignements de verdure dans la ville. Les architectes du quartier Urdazuri avaient particulièrement réussi cette intégration. Il n'y a jamais trop d'espaces verts dans une ville.

En conclusion,

Le "chez moi" dépasse largement les limites des murs d'un appartement ou de la clôture d'une maison. Il ne veut pas dire propriété, ni des riverains ni de la mairie. Il veut dire espace partagé, une sorte d'indivision. Il peut s'étendre à une rue, un quartier, une ville, voire un pays.

Avant tout projet impactant la qualité de vie des habitants et l'environnement, mieux vaut établir une concertation authentique et sérieuse.

Elle sera particulièrement indispensable pour le projet "îlot Foch". Car là aussi, c'est un peu chez nous!

Ci-après les photos de la Place de la Soule

Mésange huppée  - Rouge-queue noir - Mésange bleue (place de la Soule)
Mésange huppée  - Rouge-queue noir - Mésange bleue (place de la Soule)Mésange huppée  - Rouge-queue noir - Mésange bleue (place de la Soule)

Mésange huppée - Rouge-queue noir - Mésange bleue (place de la Soule)

Parking non saturé place de la Soule- les racines n'abiment pas l'enrobé non plus -

Parking non saturé place de la Soule- les racines n'abiment pas l'enrobé non plus -

Quelques modifications des plans de ré-aménagement pouvait sauver 7 arbres

Quelques modifications des plans de ré-aménagement pouvait sauver 7 arbres

Vives réactions au ré-aménagement de la Place de la Soule
Avenue Pierre Larramendy/ Allée de la Soule,  ces petits tamaris ont disparu et ne sont pas remplacés

Avenue Pierre Larramendy/ Allée de la Soule, ces petits tamaris ont disparu et ne sont pas remplacés

Publié dans Saint-Jean, Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article